top of page

Méthode de traitement LA : Il est urgent de procéder à une révision



Sunil Kumar, Sumeet Thakkar, Maja Vuckovic-Krcmar, and Ranjan Shrestha


Agents locaux — L’épine dorsale de la délégation de l’UE

Devenir de plus en plus pauvre chaque année

Les conditions de travail des agents locaux s’amélioreront-elles?


L’USHU a écrit à plusieurs reprises à ce sujet, mais le SEAE est réticent à reconnaître les problèmes et n’est pas disposé à ouvrir une discussion sur la méthode de révision des salaires des agents locaux malgré que les AL du monde entier souffrent d'une inflation galopante, d'une dépréciation et d'une dévaluation de leurs monnaies locales.

Les institutions de l’UE se sentent confrontées à des restrictions budgétaires et font peser la charge sur des milliers d’agents locaux qui se sentent de plus en plus frustrés à mesure que leurs salaires deviennent de moins en moins compétitifs au fil du temps.

.

Contexte

La méthode actuelle de révision des rémunérations remonte à 2014, le principal objectif du SEAE étant d’aligner les rémunérations des agents locaux sur celles des marqueurs/comparateurs. L’UE n’a plus pour objectif d’être le meilleur employeur, mais d’être un employeur moyen. L’application de la méthode des salaires de 2014 a eu pour résultat la stagnation des salaires de LA dans de nombreuses délégations de l’UE au cours de la dernière décennie, avec un flux régulier d’AL choisissant de quitter la Commission/SEAE pour des postes mieux rémunérés ailleurs. La décision la plus récente «Admin (2020) 21» habilite le SEAE à poursuivre l’application de la méthode actuelle en vue de sa révision dans un avenir «proche», et au plus tard le 31 mai 2021.


Situation actuelle

Le SEAE est clairement satisfait de la situation actuelle, qui s’est traduite par une augmentation nulle/minimale des salaires de l’AL sur une décennie.  Les agents locaux du monde entier se sont plaints auprès de l’USHU et ont demandé que des mesures soient prises. Il est étonnant d’observer une situation où, dans certaines délégations de l’UE, les salaires sont gelés depuis plus d’une décennie (la Serbie et Israël pour n’en citer que quelques-uns)!  Bien que l’UE comprenne et reconnaisse l’incidence du taux d’inflation sur les contractants/propriétaires, la même compréhension fait défaut pour les agents locaux et la manière dont les problèmes salariaux affectent leur bien-être et leur motivation.


Pourquoi il n’y a-t-il pas eu d’augmentation de salaire pendant des années?


·       Mauvaise adéquation de l’offre et de la demande :  Souvent, un agent local qui occupe le même poste au sein de l’organisation de référence reçoit un salaire plus élevé qu’un agent local dans la délégation de l’UE — la principale raison étant que les AL de l’UE correspondent à un niveau inférieur à celui de leur homologue au sein de l’organisation de référence.


·       Mauvais marqueurs : Il est obligatoire de prendre comme marqueur une ambassade d’un État membre de l’UE ou une agence.  Cela fait baisser les salaires moyens des AL (par exemple, la GIZ, où le groupe III et le groupe II de l’UE correspondent aux groupes III de la GIZ!).


·       Interdépendance des marqueurs : Les mêmes correcteurs utilisent souvent le salaire du personnel de l’UE pour leurs révisions annuelles et font souvent référence à des grilles de salaires plus anciennes, de sorte que les révisions salariales ne répondent jamais dans les délais et ne reflètent pas la réalité!


·       L’inflation en temps réel n’est pas prise en compte. Il existe une interdépendance entre les marqueurs et les délégations de l’UE à l’égard des données. Le système ne prend pas en compte l’inflation en temps réel et d’autres éléments du coût de la vie, en partant de l’hypothèse que les marqueurs le considèrent de sorte qu’elle se reflète dans leurs salaires, mais qu’il y a un décalage important dans le temps. La situation économique peut changer radicalement d’une semaine à l’autre dans de nombreux pays tiers, tandis que l’adaptation des salaires des AL est un processus long et lent.


·       Le SEAE ne souhaite pas améliorer les salaires: il ne veut pas être le meilleur employeur.


Cas réels de baisse salariale!


Il existe également une délégation spécifique de l’UE dans laquelle les salaires du personnel ont non seulement stagné au cours de la dernière décennie, mais ont également connu une baisse factuelle du salaire de départ en raison de l’augmentation des impôts nationaux et d’autres contributions. Les agents locaux ont absorbé une réduction salariale de 3 % à 10 % depuis 2014. Malgré les communications détaillées que cette délégation de l’UE a transmises au siège pour résoudre ce problème réel de la rémunération, aucune solution n’a été trouvée à ce problème.


A cela s’ajoute la question de la retraite cadre au Sénégal. Depuis aussi une décennie ce dossier de la retraite de la Délégation du Sénégal reste suspend.


Pourquoi les agents locaux devraient-ils souffrir des coupes budgétaires?


Ces dernières années, des révisions intermédiaires ont été effectuées pour les expatriés afin d’atténuer l’inflation, non pas une, mais deux fois! Si les institutions le justifient en utilisant une base juridique, les mêmes institutions tentent de trouver des bases juridiques pour NE PAS l’appliquer aux agents locaux!


L'USHU exhorte le SEAE à revoir immédiatement la méthode salariale actuelle et à prendre en compte ces commentaires des AL des Délégation :


  • Une augmentation ad hoc des salaires immédiatement pour toutes les AL en raison d’une inflation rampante

  • Mettre à jour la méthode salariale et prendre davantage en compte l'inflation nationale lors de la révision annuelle Le système actuel consistant à « supposer » que les comparateurs prévoient et intègrent l’inflation dans leurs grilles salariales est irréaliste et injuste.

  • Effectuer des comparaisons précises des profils d'emploi des AL de l'UE avec ceux des marqueurs et reconsidérer la GIZ et la manière dont elle est mise en correspondance avec deux groupes d'AL de l'UE.

  • Ajouter d’autres options de marqueurs pour la révision des salaires agents locaux.


L’USHU a été invitée à une réunion du groupe technique sur la rémunération des agents locaux qui se tiendra le 20 mars 2024 à Bruxelles.  Nous aborderons les questions générales lors de cette réunion. Toutefois, si vous avez des questions spécifiques à aborder au sein d’une délégation, veuillez nous en informer à l’adresse Sunil.Kumar@eeas.europa.eu ou Sumeet.Thakkar@eeas.europa.eu



Rejoignez USHU... Faire valoir vos droits! Lutter pour l’équité!



2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page